Village de Sémur en Bourgogne

Forum Non-Officiel du Beau Village de Sémur.Bienvenue à vous !
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Balades et introspection ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Oderay

Oderay

Messages : 24
Date d'inscription : 05/03/2009

Balades et introspection ... Empty
MessageSujet: Balades et introspection ...   Balades et introspection ... EmptyMer 25 Mar - 2:45

(Hrp pas encore bien douer pour écrire soyez indulgent^^, Rp passé de Ode donc vous ne le savez que si elle vous le dit)

" Encore une soirée bien agitée ce soir " se disait elle en se baladant en foret, " dommage que cette chute m'a empêché de revenir" tout en se frottant le genoux .

La lune éclairait le sentier, se penchant pour sentir une primevère qui commençait à pointer le bout de son nez

" Elle ne m'aura pas appris qu'a tuer, finalement" se dit elle souriant

Une flopée de souvenirs lui revient à la mémoire...

Ses premiers pas un bâton à la main, le regard froid et distant de ses géniteurs, ses premiers poisons, son premier arc à 6 ans. Son père lui avait toujours dit :

" Un tueur débutant tue de loin, le plus loin possible, apprends à maitriser cette arme et avec le temps, je t'enseignerais la dague..."
Et elle avait appris, sur des mannequins puis des animaux.
Sa mère , lui apprenant l'art de la séduction et de l'empoisonnement, des remèdes aussi...
Vient le temps de la dague, chaque jour s'entrainer, chaque jour apprendre à parler correctement et écrire, apprendre à se fondre en société et appâter la cible.

"La vie d'un homme n'a qu'un seul prix, celui qu'en donne le plus offrant!"

Au début elle pensait que ce n'était qu'un jeu, avec ses frères et sœurs, ils s'entrainaient tous ensemble et jouaient à se surprendre et à se tuer.

Son premier cadavre.. A cette pensée, elle ne put réprimée un frisson..Ils l'avaient envoyé avec sa sœur ainée vers une cible "facile" un homme dont elle ne se rappelait pas le nom, sa sœur devait le séduire et l'appâter à l'endroit prévu afin qu'elle puisse le tuer a distance d'une flèche. Ce qu'elle fit sans trembler. Elle visa le cœur de l'homme et décocha sa flèche. Au moment ou celle çi atteignit la cible et que l'homme s'effondra, elle réalisa soudain son geste!
Mais pourquoi? Qu'avait fait cet homme? Elle courut vers sa sœur qui faisait les poches de celui çi nullement gênée de ce qui venait de se passer pour lui poser ses questions.

" Tss, gamine, on te demande pas de penser, juste de tuer, alors arrêtes ces enfantillages et prends ce que tu peux, on doit pas s'attarder ici"

La regardant, elle vit sur sa sœur le même regard froid que celui de ses parents, ses vêtements tachés de sang, du sang, qu'elle, Ode ,avait fait coulé sans un tremblement, sans un regret!

Une bise fraiche sur sa peau la fit revenir au temps présent, regardant ses mains comme elle le faisait maintenant depuis plusieurs années, si le sang si trouvait encore et toujours...

Grelottante, elle repris le chemin de la ville...


Dernière édition par Oderay le Dim 13 Sep - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oderay

Oderay

Messages : 24
Date d'inscription : 05/03/2009

Balades et introspection ... Empty
MessageSujet: Re: Balades et introspection ...   Balades et introspection ... EmptyJeu 26 Mar - 2:22

Depuis son arrivée à Sémur il y a maintenant un mois, elle avait pris l'habitude d'aller à la nuit tombée s'entrainer en foret.

Elle avait repéré un endroit qui s'y prêtait, une petite clairière loin de tout sentiers et bien camouflée des regards indiscrets.

Avec son bâton, elle répète inlassablement les mouvements appris pendant son enfance. S'en est devenu automatique et quelque part faire un avec son arme lui permet de s'échapper de la réalité.

"Vole, bâton, plus vite, plus fort, tourne encore et encore..."

Elle ne peut plus s'en passer maintenant, sans cesse améliorer sa technique, la rapidité des gestes, la fluidité des mouvements, par moment elle en vient à se dire qu'elle doit faire un étrange ballet. Le bruit du vent causé par son bâton à ses oreilles l'apaisent et la plonge en transe...Tourner, esquiver, frapper...quelques touffes d'herbes qui s'envolent...
Esquiver, tournoyer et frapper, un cri qui retenti...

En pleine bataille avec un groupe armé, son frère et sa sœur, tout les trois dos à dos, les cris qui fussent de tout les cotés assaillant et assaillis!

" Mais dans quel pétrin on s'est encore fourré! Tain, pouviez pas faire gaffes les filles quand vous l'avez rameuter celui la?" leur avait dit son frère, Domitis, tirant précipitamment son épée pour contrer un deuxième homme sortit dont ne sait ou, puis un troisième et encore un autre ... à cinq contre trois, qu'ils aient confiance ou pas, s'ils échouaient c'etait la mort assurée!

Sa sœur, cristal et elle même au bâton, l'arc étant inutilisable dans un combat au corps à corps, ils s'étaient placés dos à dos pour éviter de se faire surprendre.

Son bâton tournoyait comme jamais, frappant et évitant les coups qui pleuvaient...enfin pas tous... Un coup porté à la jambe la fit tombée et esquivant de justesse l'épée qui se rabattait sur sa tête, elle frappa en pleine gorge l'homme le tuant sous le choc et plantant son arme en même temps... Pas le temps de réfléchir ni d'ôter le sang qui avait jaillit, elle se précipita sur l'épée lâchée et retourna au combat avec domitis et cristal avec tout le courage dont elle était capable, les défendre, voila ce qui lui importait...

Essoufflés, couvert de sang, le leurs et ceux de leur victimes, ils eurent tout d'abord un réflexe naturel de fratrie, s'assurer qu'ils allaient à peu près bien, moment touchant d'adolescents tueurs qui s'estompa bien vite, il fallait nettoyer et ramasser le plus de richesses possible et la preuve de leur succès! Ils avaient échappés aux coups de ces hommes éparpillés le long du sentier cette nuit, s'ils oubliaient la preuve, ils ne survivraient pas à ceux de leur père...

Sa vue se brouille, des larmes coulent d'elles même le long de ses joues...d'un geste rageur, elle les essuie et s'en va frapper le tronc d'un arbre de toute ses forces...ne s'arrêtant qu'à la vue du sang qui coule maintenant le long de ses bras nus

"Tss, j'ai plus qu'à aller me laver maintenant!" se dit elle, la douleur physique l'ayant quelque peu calmée.

La lune éclairant son chemin, elle repartie vers chez elle, se passer un onguent de sa composition, demain on ne verra presque plus rien.


Dernière édition par Oderay le Dim 13 Sep - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oderay

Oderay

Messages : 24
Date d'inscription : 05/03/2009

Balades et introspection ... Empty
MessageSujet: Re: Balades et introspection ...   Balades et introspection ... EmptyVen 27 Mar - 2:29

S'entrainer, ce soir elle en avait vraiment besoin.

Quittant la chaleur douce d'une couche amicale, elle se dirigea vers sa clairière fétiche.

Le froid pourtant mordant ne la dérangeait nullement, un souvenir évoqué auprès de cet homme l'habitait encore et en rappelait bien d'autre à sa mémoire.

Prenant son bâton, elle le faisait tournoyer autours d'elle...Les yeux dans le vague, elle se perdait dans ses pensées.

Pourquoi? pourquoi était ce arrivé? Pourquoi elle? Lise, son lys, son amie de cœur, son âme sœur, sa toute belle compagne!

Elles faisaient parties du même clan, suivaient les même entrainements notamment celui de sa mère.

A la beauté froide et destructrice, celle çi leur apprenait comment séduire, se préparer et tuer par un baiser empoisonné ou par une dague quand la victime s'endormait le sourire aux lèvres après une nuit agitée...

Ode et Lise avaient détournés les cours pour apprendre à embrasser,petites par jeu et plus le temps passait par plaisir.
Ce jour là, il avait fait très chaud et elles s'étaient baignées dans le lac non loin. Étendues et nues pour se sécher au soleil, celui çi les avaient quelques peu échaudées.

Enlacées l'une contre l'autre, elles avaient baissé leur garde et n'avaient pas entendu le bruit près d'elles.
Trois hommes, l'air goguenard sortirent du buisson et se jetèrent sur elles en riant bruyamment.

"Deux donzelles en manquent de câlin, on dirait!, on va vous aider, z'inquetez pas!" Celui qui avait parlé, pris Ode par les poignets et la maintient contre lui, l'embrassant de force.

"Regarde, regarde bien ce qu'ils vont faire a ta petite copine, on va te faire la même!"
Les deux autres comparses avaient saisie Lise et assouvissaient leur instinct bassement primitif, plus celle çi se débattait et criait, plus cela les faisaient rire et ils redoublaient d'ardeur à leur tache.

"Noooooooooooooooooooon lâchez la! arrêtez, arrêtez ça!!!" Ode hurlait de tout ses force en pleurant son regard croisant celui de Lise terrifié et souffrant.

Quand ils la prirent ensemble, l'un d'entre eux eu un geste plus violant que les autres et lui cassa le cou, Lise cessa aussitôt de se débattre et tomba inerte...

" Liiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiise!! non, non ce n'est pas possible!!!!nooon!"

Les deux hommes lâchèrent le corps mou et inerte de Lise et se retournèrent vers Ode et le troisième homme

"OOh bah elle est cassée, elle ne veut plus jouée, tu va jouer avec nous toi" lui lançant un regard mauvais, un sourire en coin.

Aveuglée par la haine et les larmes, elle écrasa le pied de l'homme qui la tenait , un coup de coude dans le ventre et se libéra les bras, elle se saisit de la dague qu'il avait à la taille et le tua d'un coup dans le dos.
Sans réfléchir elle se jeta sur les deux hommes qui la regardait surpris, ne s'attendant pas à ça.
Rapide, elle leur trancha la gorge nette puis leur planta de nombreux coup de couteaux tout en hurlant.

Ce ne fut que lorsque son bras lui fit mal qu'elle arrêta, regarda la charpie qu'elle avait fait avec un sourire mouvais, elle jeta la dague et couru jusqu'à Lise. Tombant à genoux devant celle qu'elle avait tant adorée, elle la pris dans ses bras et se balança en lui caressant les cheveux.
La nuit tomba et elle sortit enfin de sa torpeur, reposant le corps de son amie, elle se rhabilla puis la rhabilla à son tour. Coupant aux trois hommes ce qui faisaient d'eux des brutes, elle les mis dans un bout de tissu qu'elle déchira de leur chemise, puis mis Lise sur son dos et repartit vers le clan...

Elle déposa le corps de son amie au milieu de leur campement et brandit son sac ensanglanté devant les yeux de tous.

"On ne pleure pas ses amis, on les venge et on est fier" se dit elle tout haut, une des phrases fétiche de son père. Arrêtant la course de son bâton, elle se mit a genoux et regarda vers le ciel...

"Lise, pas une minute ou je ne pense à toi, Tu es dans mon cœur à jamais! regarde, j'ai changé de vie, je suis devenue honnête et même si je te retrouve dans Eoline, tu seras celle que je chérirais toujours"


Dernière édition par Oderay le Dim 13 Sep - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oderay

Oderay

Messages : 24
Date d'inscription : 05/03/2009

Balades et introspection ... Empty
MessageSujet: Re: Balades et introspection ...   Balades et introspection ... EmptySam 28 Mar - 3:54

Quittant ce soir encore cette couche fort amicale, Ode repris la route de son endroit fétiche.
Se retrouver seule avec elle même, lui faisait du bien et la rassurait sur le chemin parcouru vers l'honnête.

Au fur et à mesure qu'elle s'enfonçait dans la foret, la lune éclairant ses pas au travers des feuillages, d'autres souvenirs affluaient à sa mémoire. Comme une vague incessante, ils la prenaient toute entière, la secouant en tout sens et la laissant tremblante de rage ou de tristesse.
Et ce soir les caresses de ce Sir, encore présentes sur sa peau, lui en rappelait d'autres...

Sa clairière, enfin. La lune ronde et les étoiles la regardaient faire en silence. Ce soir se serait la dague, elle posa donc son bâton au sol.

La dague à la main, elle commença une étrange danse tout en cercle et entrelacs, dessinant dans le vide des figures improbables doucement puis de plus en plus vite. Elle visualisait mentalement un , deux, trois corps en face d'elle et les touchait en des points stratégiques.
Parcourant la clairière de long en large tel un félin,souple sur ses jambes et fluide dans ses mouvements, elle mimait un énième combat.

Essoufflée, elle se laissa tomber dans l'herbe tendre et humide. Son regard se porta vers un massif de plante. Elle les aurait reconnue entre toutes même sans leur fleur en forme de clochette et leur couleurs pimpantes, des Digitales pourpre!

Son premier poison, facile à réaliser et tellement efficace! Avant d'arriver à Sémur, elle en avait toujours une fiole dans sa besace.

Peu de temps après le meurtre et le viol de son amie Lise, sa mère avait profité de sa haine envers les hommes pour lui confier une mission, séduire cet homme et le tuer dans son sommeil, le tout sans effusion de sang et en silence, le meurtre devant se dérouler en taverne.

Après s'être vêtue telle une courtisane, mettant en valeur sa poitrine déjà bien présente et sa taille fine, elle avait pris la fiole et s'était dirigé d'un pas décidé vers la ville.
La taverne était pleine de ces hommes frustres aux libertés effrontées, elle souriait à chaque main qui la touchait de son entrée vers la table de sa cible. Affichant un sourire enjôleur et des yeux mutins, elle hurlait de haine en elle même! Si elle avait pu, elle les aurait tous massacré, un par un, prenant un malin plaisir à les voir l'implorer de les épargner! Elle cachait pourtant sa rage derrière des paroles légères et retenait ses mains en tenant sa robe.
L'homme fut rapide à séduire et c'est sans difficulté qu'elle le mena vers une chambre à l'étage, saisissant au passage deux verres et une bouteille de vin.

" Pour mieux profiter de ce moment doux sir" lui dit elle en les posant sur une petite table près du lit.
Elle le poussa vers le lit, et remonta vers lui à la manière d'un chat, le déshabillant au passage. Il riait ce porc! Il riait et la touchait de ses sales pattes!

" Ris tant que tu le peux encore, profites, la dernière choses que tu verras ce sera mes yeux qui te cracheront ma haine à la face!" se disait elle pour continuer à sourire et minauder. Assise sur lui, elle le regardait de toute sa hauteur, elle lui banda les yeux en riant et le laissant la couvrir de ses mains, elle saisit la fiole et en versa dans le verre avec du vin et lui donna...

"Tiens, trinquons à ce moment, puisse t'il durer éternellement!" lui dit elle avant de lui retirer le foulard.
L'homme bu son verre cul sec et le jeta au loin, se redressant pour la saisir à la taille, il s'arrêta dans son mouvement et la regarda surpris...

" Qu'as...qu'as tu mis...dans ...mon verr.."dit il tout en se convulsant avant de s'effondrer sur le lit.

Le regard haineux, un rictus se dessinant sur ses lèvres elle lui répondit :"Tout mon amour, doux sir, tout mon amour" Puis, elle se rhabilla le plus vite possible et ramassa le médaillon convoité . Elle le couvrit d'une couverture et lui ferma les paupières, de loin on pouvait penser qu'il dormait.

" Parfait" chuchota t'elle avant de redescendre dans la taverne.
En riant, elle s'adressa au propriétaire: "il est fort votre vin, il s'est endormi aussitôt!.
Elle sortit sous les yeux goguenard et les rires gras des habitués et retourna au clan rendre son butin.

Se laver, ne plus sentir ces mains sur son corps, elle ne put retenir une nausée qui lui vida l'estomac d'un coup et couru au ruisseau se baigner. Pleurant à chaude larmes, la scène du viol de Lise bien présent dans sa mémoire, elle ne vit pas sa mère approcher et se glisser dans l'eau.
La prenant dans ses bras et la mouillant, celle çi la félicita pour son travail, lui disant qu'elle pourrait maintes et maintes fois venger son amie sur tout les hommes qu'elle aurait à tuer.
"Je ne pourrais supporter leurs mains, je ne veux plus refaire ça, maman!" répondit elle à sa mère se retournant vers elle.
Sa mère la lâcha et la gifla : " Tu n'as pas le choix, que crois tu morveuse? Tu es née pour tuer et si tu dois te faire toucher pour cela tu le fera! le ton et le regard n'admettait aucune réplique, elle sortit de l'eau, la laissant là, de nouveau froide et distante comme à son habitude. Trempée et gelée, elle sortit finalement de l'eau, la haine l'habitant à nouveau...


La rosée traversant ses vêtements,elle sortit de sa rêverie, se releva, secouant la tête comme pour la vider, et partit récupérer son bâton pour rentrer en ville.


Dernière édition par Oderay le Dim 13 Sep - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oderay

Oderay

Messages : 24
Date d'inscription : 05/03/2009

Balades et introspection ... Empty
MessageSujet: Re: Balades et introspection ...   Balades et introspection ... EmptyDim 29 Mar - 3:18

Quittant la ville endormie, elle se faufila discrète vers la foret. Triste, elle était triste ce soir. Tornade, Eoline, Theognis, ils étaient tous loin, elle se sentait seule, abandonnée, même si elle savait qu'ils allaient revenir.

Serrant ses bras pour se réchauffer, elle marchait d'un bon pas pour retrouver sa clairière. Pas un bruit, pas de vent, même la foret semblait déserte. la lune jouait à cache cache avec les nuages et la privait de sa lumière par moment.

Elle arriva enfin, saisit son bâton et commença son entrainement, mais la motivation n'était pas là.

Sémur, une ville mais bien plus que ça, une famille surtout et une vrai! Une de celle que l'on a pas envie de quitter.
Toute à ses pensées, elle continuait machinalement à faire tourner son bâton, les gestes étant quasi automatique.

Avant Sémur, sa vie était jalonnée de meurtre, de sang, de débauche, de vol et de mensonge.

"je leur ment à tous encore, pourrais je un jour leur avouer ce qui a fait ma vie?Pourront ils l'entendre et voudront ils toujours de moi?" se demandait elle.

" Monstre un jour, monstre toujours? Tueuse de sang froid aux multiples techniques, Pourront ils me croire si je leur dis que j'ai changé?" Elle soupira le cœur gros.

Monstrueuse, elle l'avait été, un souvenir particulièrement violent lui revient en mémoire...

Le jour de son anniversaire, pour ses 20 ans, son père lui offert une nouvelle arme, une cordelette de cuir très fine et très résistante.
"Ton équipement est complet maintenant" lui avait il dit le sourire aux lèvres, il était fière de sa fille, arc, épée, dague, poison, et combat à mains nue, elle maitrisait tout et même si il sentait bien qu'elle n'avait pas l'âme d'une mercenaire, elle réussissait toujours ses missions.

Ode regarda la cordelette, perplexe, que devrait elle faire avec encore? Son père vit son interrogation et lui répondit : "la tête de ta prochaine victime vaut 200 écus, mais notre employeur veut qu'il souffre et que cela se fasse sans sang"

Ode le regarda, refusant de comprendre, et le poison alors? C'est rapide et sans trace, lui répondit elle

"Trop rapide justement, je vais t'expliquer ce que tu va faire"

Glissant sa corde et sa dague à sa ceinture, elle pris la route à la nuit tombée. Elle arriva bientôt à l'endroit fatidique, l'homme était la, seul auprès du feu, son cheval broutait non loin. Il avait l'air perdu dans ses pensées et jouait avec son médaillon autours de son cou. Cachée dans un buisson, elle l'observait en silence. Elle ne put s'empêcher de le trouver beau en le regardant. Il lui tournait presque le dos, mais elle pouvait voir ses traits grâce au feu qui l'éclairait. Dans ses ages, brun, un regard bleuté fixé sur le médaillon, il souriait pensif. Pour la première fois, depuis le viol de Lise, elle éprouva autre chose que de la haine envers un homme et cela la déstabilisait fortement.

Comment arriver à accomplir sa mission, si elle n'avait pas les idées claires? Elle secoua la tête et se reconcentra sur sa cible. S'approcher de lui en silence puis le prendre par surprise, il ne fallait pas qu'il l'aperçoive sinon elle aurait échouer.

Se faisant aussi légère que possible, elle se déplaça de façon à se mettre à quelques mètres derrière lui. elle rabattit le capuchon de sa cape sur sa tête, pris sa corde et se rapprocha encore....trois mètres... deux mètres...un mètre...elle ne respirait plus, cette petite distance lui sembla durer éternellement, elle arriva enfin suffisamment près de lui, elle aurait pu lui susurrer des mots doux à l'oreille...
"Mais que m'arrive t'il? ressaisit toi ma grande!" se dit elle avant de passer d'un geste rapide et ferme la corde autours du cou de l'homme. elle resserra fortement son emprise, le collant contre elle.
Les mains de l'homme se portèrent à la gorge pour essayer de saisir le fil, ce qui était impossible, ses yeux s'injectèrent de sang. Ode accentua davantage la strangulation et elle devint si forte qu'elle commença à découper la chair.
Tout ce passa plus vite que ce qu'elle ne le croyait, la carotide et jugulaire étant compressées, l'homme s'évanouit avant de "vraiment" manquer d'air. Ode attendit de ne plus sentir aucun mouvement avant de desserrer son étreinte.
Cet homme contre elle, qui se débattait sans pouvoir crier, le voir changer de couleur, voir dans ses yeux passée la surprise puis les supplications, il ne voulait pas mourir! Serrer toujours, plus fort, le regard froid et indifférent, allait elle devenir comme ses parents?

Elle allongea l'homme au sol, lui ferma les paupières et le regarda avec effroi. Le visage violacé, il avait les traits tirés en un affreux rictus et de sa bouche ouverte cherchant éternellement l'air qui ne viendrait plus, une langue pendait. elle détourna les yeux rapidement et lui couvrit le visage, elle ne pouvait plus le voir, celui qu'elle avait trouvé beau quelques minutes auparavant lui renvoyait l'image de son âme comme un miroir. Elle regarda le médaillon qui pendait toujours au cou de l'homme, en l'ouvrant, elle y vit le portrait d'une femme et d'une petite fille qui souriait, il était père! Elle eu soudain envie de vomir et se retenue difficilement.

Elle se releva vite, ramassa la bourse et pris la bague de l'homme, sauta sur le cheval et galopa au plus vite jusqu'à son campement retrouver son père.

" Je garde le cheval" lui dit elle, lui jetant son butin , elle repartit au galop, chevaucher le restant de la nuit.


Son bâton arrêta sa danse folle, le soleil venait de poindre à l'horizon, Ode sortit de ses rêveries une fois encore, tremblante. " Non, je ne pourrais leur dire" se dit elle, avant de reprendre la route vers Sémur.


Dernière édition par Oderay le Dim 13 Sep - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oderay

Oderay

Messages : 24
Date d'inscription : 05/03/2009

Balades et introspection ... Empty
MessageSujet: Re: Balades et introspection ...   Balades et introspection ... EmptyVen 3 Avr - 1:44

Le soleil était encore haut dans le ciel et même si l'air était frais, les rayons chauffaient agréablement la peau de Ode.
La foret se parait de ses verts vêtements et les senteurs printanières invitaient à la détente.

Ode ôta ses chausses afin de sentir l'herbe tendre et la mousse sous ses pieds. Changeant de sentier, elle en prit un qui s'enfonçait davantage dans la forêt. Entendant au loin le clapotis d'un ruisseau, elle s'y dirigea naturellement.
L'endroit était idyllique, le sol jonché de primevères blanches et jaunes, les arbres et buissons couvert de pousses vert tendre et un petit ruisseau joyeux à l'eau claire et limpide. S'asseyant au bord, elle y trempa les doigts.

Ode souffla d'aise, elle était bien, détendue au point de se laisser aller à une petite sieste.
Allongée dans l'herbe, bercée par le gazouillis des oiseaux et le clapotis du ruisseau, elle s'en alla vite rejoindre Morphée.


...Le cheval, récupéré d'une des ses dernières missions, était devenu son meilleur ami. "Crinoir", un nom certes peu original, elle avait bien pensé à " Fends le vent" mais dit vite cela était peu pratique. Crinoir était donc ...totalement noir, impétueux et sauvage, il n'acceptait que Ode comme cavalière. Elle aimait chevaucher de longues heures, oubliant le clan, oubliant le sang, tout ce qui faisait sa vie!

Un jour qu'elle parcourait la campagne sans but, elle découvrit un campement de Tziganes. Les roulottes toutes plus colorées les uns que les autres formaient un cercle autour d'un grand feu d'où Hommes, femmes et enfants chantaient et riaient. Du haut sa butte, elle pensait voir une énorme fleur grouillante de vie. Toute à sa contemplation, elle ne remarqua pas une petite frimousse brune s'approcher d'elle.

"Il est zoli ton zeval! Peux monter dessus?" lui avait demandé la petite gamine. De longs cheveux brun et raides encadraient un charmant visage ovale d'où deux yeux rieurs la regardait et une petite bouche à laquelle manquait deux dents. la petite souris avait dû passer il y a peu!

Ode lui sourit amusée , attrapa la gamine et l'installa devant elle.
" M'appelle Giralda, ça c'est ma famille, j'ai 6 ans, suis grande maintenant, c'est maman qui m'a dit!"

Pendant que la petite babillait, Ode prenait la route du campement, craignant un peu d'être mal accueilli.
Quand elle arriva, une petite horde d'enfants s'était attroupée autour d'elles, ils voulaient tous faire du cheval!
Posant pied à terre, elle fit descendre la gamine et c'est à ce moment qu'elle le vit! Grand, séduisant, une chevelure noire comme l'ébène légèrement ondulée, et des yeux si doux qu'elle ne put s'empêcher de lui sourire.

Lui souriant à son tour, il s'adressa à elle : “Merci d'avoir ramené Giralda, elle aime s'aventurer là ou elle ne devrait pas! Je me présente, Delzo! Peut être as tu faim ou soif? Viens, suis moi, tu peux mettre ton cheval ici si tu veux” il lui montra un anneau à une roulotte et une fois le cheval attaché, lui prit la main et l'entraina vers le feu. Surprise par un tel accueil, elle se laissa guider par l'homme.
Il la fit assoir près de lui et lui tendit du pain et un verre de lait d'ânesse.
Je m'appelle Ode, je suis...ravie de vous rencontrer tous! Merci...merci beaucoup!” lui dit elle en rougissant et mangeant de bon appétit. Ils discutèrent tout l'après midi, il la présenta aux autres membres de la famille. Le soir venu, c'est à regret qu'elle les quitta. Ils lui firent promettre de revenir les voir le lendemain ce qu'elle accepta avec joie!

Le lendemain et les jours suivant, elle y retourna, les quittant à la nuit tombée pour accomplir ses missions. Cela lui était de plus en plus difficile et son père devait la battre pour la faire obéir.
Le jour, elle vivait un rêve éveillé et la nuit, elle redevenait assassin. Delzo, son premier et seul amour, il lui apprit à être sensuelle, donner du plaisir et le recevoir. Il lui apprit la tendresse et la générosité, il lui apprit surtout qu'une autre vie était possible. Elle s'était confiée à lui et lui avait parler de son “travail”, il ne l'avait pas jugé, il s'était contenté de la prendre dans ses bras.

Nous partons bientôt, viens avec nous, deviens ma femme!”
“ Ta femme? Je ... euh oui!
” heureuse, elle l'avait embrassé avec fougue. Ils s'étaient aimé ce jour là comme jamais auparavant!

Si elle avait su que se serait la dernière fois, elle ne serait pas partit à la nuit tombée, elle leur aurait dit de fuir et serait partit avec eux. Mais elle ne se savait pas suivie. Quand elle rentra au clan ce soir là, elle fut surprise de le trouver vide, seules sa mère et sa sœur étaient là.
Ou sont ils tous?” leur demanda t'elle, regardant tout autour. Sa mère la regarda, mauvaise :
J'espère que tu en as bien profité, c'est la dernière fois que tu les as vu vivants!”

Ode devint livide d'un coup, tirant sur la bride de Crinoir, elle lui fit faire demi tour le plus vite possible et le lança au galop.

Tu arrivera trop tard!” lui cria sa mère

“Ttrop tard, trop tard!” les mots résonnaient douloureusement dans sa tête.

Quand elle arriva au camp, se fut un paysage de chaos qu'elle découvrit, les roulottes brulaient, le sol était jonché de cadavres, des cris de douleurs résonnaient ici et là? Elle aperçue le corps de Giralda, dans ses yeux vitreux, Ode vit son reflet dansant parmi les flammes, la petite ne sourirait plus. Sa vue se brouilla et serrant les poings de rage, elle se précipita vers une zone de combat, elle arriva au moment ou son père enfonçait sa lame dans le corps de Delzo, Celui s'effondra face contre terre, Ode eu l'impression que la scène était au ralentit. Son père, essuyant sa lame dans la chemise de Delzo la regarda et lui dit :

Voila, comme ça plus rien ne te détournera de ton chemin! Que crois tu? Ta vie est faite pour le sang, tu es née pour et tu ne fera que ça! Tu n'as pas le choix acceptes le ou je devrais moi meme te tuer”

Elle secoua la tête, non, elle ne voulait pas, non elle ne deviendrait pas comme ça! Crachant à la face de son père, elle fit demi tour et sautant sur Crinoir, elle le mit au galop...

A peine sortit du camp, une voix amie l'interpella....


Une goutte d'eau, puis une deuxième, lui tomba dessus. Finalement la pluie arriva, sortant Ode de ses songes. Elle se redressa et resta un moment prostrée assise sous l'eau qui la trempait doucement.

Finalement, elle se leva et rejoignit Sémur, le cœur lourd...


Dernière édition par Oderay le Dim 13 Sep - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oderay

Oderay

Messages : 24
Date d'inscription : 05/03/2009

Balades et introspection ... Empty
MessageSujet: Re: Balades et introspection ...   Balades et introspection ... EmptyLun 6 Avr - 0:58

Les évènements récents avaient rappelé à Ode, ce sentiment qu'elle tentait maintenant depuis quelques années d'oublier, la soif de sang. Une balade à sa clairière fétiche s'imposait.
Elle prit la route de la foret, d'un pas ferme et quelque peu énervé. Regardant droit devant elle, elle ne prêtait aucune attention à son environnement. Pourtant la nuit était claire et la foret embaumait délicieusement.

Elle arriva enfin à la clairière, prit son bâton et commença sa danse folle. Parcourant de long et en large celle ci , tournant, courant, sautant, criant même! Son bâton volait autours d'elle à pleine vitesse et décapitait les pauvres fleurs qui avaient la mauvaise idée de se trouver à portée.

La louve, on lui avait donné ce surnom au clan. A cause de ses deux armes qu'elle utilisait. Armes de poing d'un style bien particulier, du métal le plus résistant et le plus tranchant, sur le principe du katar, quatre lames à égales distances formaient une griffe une fois pris en main. Pour déchiqueter un corps, il n'y avait rien de mieux.

Quelques années, avant sa rencontre avec delzo, elle en avait apprit l'usage et ne se servait plus que de ça à présent.
Les nuits de pleines lunes, comme ce soir, sa cape rabattue sur elle, ses "griffes" luisaient dans la nuit. Elle ne laissait le temps à ses victimes que de pouvoir voir son sourire carnassier avant qu'elle les éventres de plusieurs coups. Cela avait l'avantage de passer pour une attaque d'animal féroce. Ce qu'elle était pour le coup, se terrant dans un arbre ou un buisson avant de sauter sur sa proie et de la tuer sauvagement.
Elle jouait dangereusement avec la limite en ces temps là, prenant parfois un malin plaisir à faire durer la souffrance.

Et des soirs comme celui çi, elle arrivait presque à regretter ses deux griffes, se voyant déjà lécher les lames une à une pour gouter le sang de cette blonde. Un démon tué par un monstre, un combat qui pourrait à coup sur valoir le coup!
Et pour sur elle prendrait son temps, la regardant se vider de son sang doucement, rajoutant ici et là une trace de griffure, presque comme un artiste un trait de pinceau sur sa toile.

Le sourire mauvais et les yeux luisant de haine : "oh oui, je prendrais mon temps, tu aurais le temps de me voir, gamine! Ta seule chance réside dans le fait que je ne peux plus tuer, quoique ...on ne pourrait deviner que c'est moi"

Se reprenant, elle alla frapper un arbre pour évacuer sa colère, être honnête, elle l'avait promis, elle ne devait pas se laisser ainsi, mais bon dieu que c'etait dur là!

Son pigeon arriva, on ne sait pourquoi surtout à cette heure de la nuit, étonnée elle regarda approcher et pris le message accroché à sa patte avant de le renvoyer.

A la lecture de la missive, elle s'écroula au sol. C'est pas vrai! Elle est toujours en vie! Et non loin de là en plus!

Sa haine évanouie aussi vite qu'elle fut remplacée par un sentiment plus fort! Milooo était à Sancerre! Sa petite Milooo, petite blonde à l'époque de Delzo. Une blonde dans un camps de Tziganes, ils prétendaient que la petite devait avoir des pouvoirs magiques, croyances auxquelles Ode n'avait jamais prêté attention, la gamine était juste très intelligente et observatrice.
Le jour du massacre du camp, la petite avait eu de la chance, étant partie chercher une plante , elle n'était revenue que pour voir les roulottes brulées et s'était cachée.
Voyant Ode passer à cheval, elle l'avait appelé de toute ses forces.

Ode l'avait prise avec elle, l'attrapant par le bras et l'installant devant elle, leurs larmes se mêlant.
Combien de miles avaient elles parcourue avant d'être obligées de s'arrêter, Crinoir étant à bout de force? Elles n'en avaient aucune idée, l'un et l'autre étant dans une région qu'elles ne connaissaient pas.

La gamine était en état de choc, une fois que Ode l'y eu déposée au sol, elle resta assise, les yeux dans le vague sans rien dire. Petite fée diaphane, prostrée, la lune l'éclairant, Ode fut surprise de se dire qu'elle ressemblait à une sylphide. sa chevelure blonde tombant en cascade sur son dos et sa peau si blanche presque translucide par endroit. Si ce n'est les larmes qui continuaient de couler, on aurait pu croire qu'elle était une statue. Se reprenant, Ode partit chercher du bois, de l'eau et quelques baies pour nourrir la petite.

Plusieurs jours de suite, elles continuaient de fuir toujours plus loin, effaçant les traces de leur passage. Elles arrivèrent bientôt à un autre camps de Tziganes. Ceux çi reconnurent de suite Milooo et écoutant le récit de Ode, la petite ne parlant toujours pas, ils les recueillirent. Elles restèrent parmi eux quelques années, jusqu'à ce que Ode les quitte pour arriver finalement à sémur. Laissant Milooo parmi eux, ne pouvant lui faire courir le risque d'être aperçue avec elle.

"Milooo, ma petite Milooo, nous nous reverrons bientôt! se promit elle à voix haute et c'est le cœur léger qu'elle repartit vers la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Balades et introspection ... Empty
MessageSujet: Re: Balades et introspection ...   Balades et introspection ... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Balades et introspection ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Missions D] Balades dans les égouts...
» [UPTOBOX] Le Gendarme en balade [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Village de Sémur en Bourgogne :: Les Faubourgs de Sémur :: La Forêt-
Sauter vers: